Vous êtes ici

Acteurs du Paris durable - Yaëlle Mayrargue

Invité du mois

Yaëlle Mayrargue

Juillet 2014 -
Thème du mois: 
Yaëlle Mayrargue est une "greeter" passionnée, bénévole et membre du conseil d'administration de l'association « Paris d'un jour ». Habitante de Ménilmontant dans le 20ème arrondissement, elle fait découvrir son quartier aux touristes lors de balades hors des circuits touristiques habituels. Découvrez le mouvement des greeters à travers son témoignage.
0

 1/ Etre un(e) greeter à Paris, ça signifie quoi ?

Etre greeter à Paris, c’est avant tout devenir un hôte hors du commun pour accueillir les visiteurs venus du monde entier.

Les greeters, de l’anglais « hôte », sont des bénévoles amoureux et passionnés de leur ville ou de leur région qui ont plaisir à accueillir des visiteurs, comme ils accueilleraient des amis. Ils offrent de leur temps, pour partager leur passion, lors d’une balade et d’une vraie rencontre amicale. Chaque rencontre avec un greeters est un moment unique : le partage d’un lieu mais aussi la découverte de l’autre et de sa culture

Même si arpenter les rues de Paris du nord au sud est possible, il n’est pas toujours facile d’appréhender le territoire avec tous ses monuments impressionnants et de comprendre les habitudes des Parisiens quand on arrive de Tokyo ou d’une petite ville tranquille d’Allemagne. On préférerait avoir un ami Parisien, qu’il nous montre son quartier, nous explique comment prendre un Vélib’, où déjeuner pour un bon rapport qualité/prix…et c’est là que les greeters sont des personnages clés de notre capitale. Ils ont envie de donner de leur temps pour montrer une autre image de la ville, la rendre plus humaine.

2/ Le tourisme à Paris revêt différentes formes. Que recherche un touriste lorsqu’il demande une visite avec un(e) greeters ?

Un visiteur qui s’inscrit sur notre site souhaite avant tout découvrir un autre Paris que celui qu’il peut découvrir seul. Il attend que nous l’aidions à mieux comprendre la ville et ses habitants. Notre rôle est d’attirer son regard vers des lieux, des détails auxquels il ne prêterait pas nécessairement attention.

Friands de détails sur notre vie quotidienne, les touristes profitent de nos balades pour poser de nombreuses questions, parfois insolites, sur notre style de vie et sur les habitudes des français en général.

Je me souviens d’une question sur le ramassage des ordures ménagères. Le visiteur était étonné de voir des camions poubelle toute la journée dans Paris. Je  lui ai expliqué qu’effectivement les horaires de ramassage n’étaient pas identiques d’un arrondissement à un autre. Un autre trouvait incroyable qu’un facteur puisse déposer son vélo dans la rue avec sa sacoche de courrier non fermée,  chose inimaginable dans son pays. 

3/ Depuis plusieurs années que vous accompagnez les touristes, observez-vous des changements à Paris ? Le développement touristique écologique est-il visible ?

En tant qu’habitant, il est de notre devoir de montrer les évolutions écologiques de notre ville. Les greeters aiment à partager de belles initiatives écologiques, celles peut-être les plus visibles : les murs végétaux,  les ruches installées dans les parcs et jardins et sur les toits de Paris, les jardins partagés...Les hôtes sont plutôt surpris de constater que Paris est une ville aussi verte. 

Etre greeter, c'est aussi transmettre le message que notre ville est en mouvement, qu'il s'y passe de belles choses.

 

4/ Comment intégrez-vous les initiatives écologiques dans vos visites (AMAP, Ferme urbaine, jardins partagés, etc.) ? 

Je suis comblée car à Ménilmontant, les habitants ont à cœur de faire vivre le moindre petit brin d’herbe afin de « recoloriser en vert » les immeubles et le bitume des rues. Ainsi mes balades font la part belle aux espaces verts. J’emmène régulièrement mes hôtes dans les jardins partagés du quartier, celui de la Cité Leroy par exemple. C’est à chaque fois l’occasion d’un bel échange avec les jardiniers. J’aime aussi faire découvrir, une petite boutique d’artisanat solidaire liée à une AMAP de la rue Boyer. En redescendant par la rue des Cascades, cela me permet de leur montrer un espace vert laissé à l’abandon (pour le grand bonheur des chats du quartier) mais qui va bientôt être transformé en jardin. Je leur parle alors du jardin sauvage Saint Vincent derrière le Sacré Cœur où ils iront sûrement pendant leur séjour à Paris. Sur le chemin du retour, nous croisons la Petite Ceinture à la hauteur de la rue Sorbier ce qui me permet d’évoquer la promenade plantée du 12e arrondissement mais aussi la Highline à New York (à découvrir avec nos amis greeters new yorkais !). Ma balade se termine souvent en haut du parc de Belleville autour d’un café ou d’un verre de vin : les vergers d’antan ne sont plus là mais les chemins qui serpentent le long des courbes de niveaux nous transportent un peu dans le passé. 

 

5/ Comment les touristes peuvent-ils vous rencontrer et à l’inverse comment devenir greeters pour partager, gracieusement,  sa passion pour son quartier ?

Dans les  2 cas, rendez-vous sur le site des Greeters.Paris :

> Pour les touristes : rubrique « envie d’une balade ? » et remplir le formulaire en indiquant ses centres d’intérêts (jardins et espaces verts, par exemple !).

> Pour les parisiens qui souhaitent devenir bénévoles, il suffit de nous contacter via notre site.

 

En savoir plus :

A Paris, les greeters sont regroupés, depuis 2007, au sein de l’association « Parisien d'un jour ». En 2013, ils ont accueillis 6460 visiteurs et réalisés 2726 balades. Les greeters de l'association réalisent leurs balades dans Paris mais également dans les communes du 92, 93,94 accessibles par le métro. 

> Le site des greeters à Paris

> Le mouvement des greeters en France sur le site de la fédération française des greeters

> Les greeters dans le monde (site en anglais)

 

 

 

 

Posez-lui vos questions
Mots clefs : tourisme, voyage solidaire

Les éco-actions liées

Pour donner votre avis, commenter et poser vos questions, vous devez d'abord vous inscrire ou vous connecter sur le site.