Vous êtes ici

Acteurs du Paris durable - Catherine CHALOM

Invité du mois

Catherine CHALOM

Mars 2019 -
Catherine CHALOM a créé les magasins Le Retour à la Terre pour participer à l’amélioration des conditions de vie et à la défense de l’environnement.
0

1/ Paris a-t-elle un lien particulier avec le petit commerce ?

Les Parisiens changent et leur mode de consommation aussi, à l'instar de l'ensemble des Français*.

Internet a beaucoup changé nos modes de pensée comme de consommation. Compte tenu du profil des Parisiens et de leurs contraintes (importants temps de transport), ce sont eux qui ont plus facilement recours à cet outil pour commander : qui son billet de train, qui son équipement informatique, qui ses appareils électroménagers ou ses livres... De ce fait de nombreux magasins ont disparu et il s’en est fallu de peu pour qu’il n’y ait plus un libraire à Paris…. 

Dans le domaine de l'habillement, comme des équipements de sport, les marques tirent leur épingle du jeu en dépit des scandales à répétition sur les conditions de fabrication, et les chaînes de magasins remplacent petit à petit les boutiques de quartier.

*A Paris, l’offre est à la fois très variée et très dense avec 28 commerces pour 1.000 habitants : 2,5 à 3 fois plus élevée que dans les autres territoires de la Métropole du Grand Paris.

 

2/ Certains type de commerce sont-ils favorisés ? 

Le nombre de commerces alimentaires a effectivement augmenté trois fois plus vite ces dernières années (+120 commerces / an entre 2014 et 2017 contre +43 commerces / an sur la période 2003 - 2017). Hier, les hypermarchés faisaient recette avec des produits calibrés, des fruits et légumes disponibles toute l'année. Nos boîtes à lettres étaient remplies de catalogues de promotions des différentes enseignes. Chacun, y compris des Parisiens, n'hésitait pas à sacrifier une partie de son samedi en prenant sa voiture pour aller remplir son caddie dans la zone commerciale située en périphérie de la ville. Aujourd'hui, la majorité des Parisiens n'a plus de voiture, et ce phénomène va s’accélérant ; par ailleurs la ville s’est transformée durant les dernières décennies : diminution de la place de la voiture au profit de trottoirs plus larges, de pistes cyclables… piétonnisation de nombreuses rues du centre ou de rues particulièrement commerçantes, instauration de nombreuses « zones 30 », ouverture de nouveaux marchés dont certains bio (11e) ; il est redevenu agréable de faire ses courses à pied, à trottinette ou à vélo.

 

3/ Y a-t-il de nouvelles attentes des consommateurs ? 

Beaucoup de Français sont dorénavant sensibilisés à la saisonnalité des fruits et légumes. Tous ont été échaudés par les scandales de l'industrie alimentaire (vache folle, lasagnes au cheval, viande avariée de Pologne, etc...) et il y a eu perte de confiance envers ces enseignes et ces marques auprès de qui ils se fournissaient jusqu’alors ; les consommateurs cherchent dorénavant la qualité, la fraîcheur, le lien au producteur et la traçabilité, une ambiance conviviale... Toutes ces choses que l'on retrouve sur les marchés ou chez les primeurs, dans des petits magasins biologiques* ou de producteurs, à la ferme ou dans des AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne). Sans oublier les magasins coopératifs dont le développement est récent mais prometteur.

*Hausse la plus importante : +47 %, +89 boutiques,  entre 2014 et 2017

 

4/ De nouveaux type de commerce apparaissent-ils ? 

Si à Paris les commerces de luxe (que ce soit en habillement comme en alimentaire) ne désemplissent pas, une autre tendance, qu'on pourrait nommer « sobriété heureuse » se développe.

On parle ici de magasins d’alimentation biologique ou vegan, d’épiceries avec un très large choix de produits en vrac (moins chers et surtout sans le gâchis des emballages), de boutiques avec exclusivement des produits du commerce équitable. La démarche de la transition pousse aussi le développement d'ateliers permanents ou temporaires pour apprendre à chacun à être plus autonome, qu'il s'agisse de cuisine, de couture, de réparation de vélo, etc... Des boutiques de seconde main poussent comme des champignons, que ce soit des boutiques thématiques (vêtements) ou généralistes tenues par des associations caritatives ou de quartier, souvent soutenues par la Ville de Paris.

Les polluantes stations-services ferment les unes derrière les autres (au point qu’il devient compliqué de faire le plein !) tandis que des boutiques de commercialisation ou de réparation de cycles ouvrent à nouveau !

Derrière ces grandes tendances sympathiques il faut savoir débusquer les démarches – parfois trompeuses - de certaines entreprises sans scrupules :

>> mise en avant de petits producteurs ou du local qui ne représentent qu'une part minime de l'activité

>> marges supérieures sur les produits biologiques ou du commerce équitable,

>> suppression des caisses classiques (et des emplois de caissier sans pour autant baisser les prix) en imposant l'auto-encaissement

>> commercialisation de produits réalisés dans des conditions sociales indignes,

>> contournement de la réglementation du travail du dimanche (magasins sans salariés mais avec des vigiles !)

>> sans oublier celles qui mettent en avant l’achat direct au producteur alors qu’il y a en fait plusieurs intermédiaires ou qu’ils se font majoritairement fournir par des grossistes…

 

5/ Des conseils aux Parisiens ?

Le consommateur informé et responsable peut orienter ses achats en privilégiant les magasins qui ont une démarche authentique, ceux où le personnel a l'air heureux et épanoui, où il connaît les produits, les producteurs (et apporte donc un conseil pertinent), les magasins où le client qui vient régulièrement est reconnu par le personnel.
Certaines librairies de quartier l’ont bien compris et les clients y affluent en dépit d’internet et de l’absence de remise de 5%. Ce ne sont pas les seules entreprises à vouloir continuer à faire vivre une idée positive et alternative du commerce. Sachons aussi la soutenir par nos achats dans ces lieux de vie que sont les boutiques au rez-de-chaussée de nos immeubles parisiens !

 

Catherine Chalom - Le Retour à la Terre
Productrice et commerçante de produits biologiques.

Pour aller plus loin : *Evolution des commerces à Paris - Inventaire des commerces 2017 et évolutions 2014-2017 - Etude de l'APUR - mars 2018

 

Posez-lui vos questions
Mots clefs : brasseries, bière, brasseurs, zébu, écosystème, valorisation, drêches

Pour donner votre avis, commenter et poser vos questions, vous devez d'abord vous inscrire ou vous connecter sur le site.