Vous êtes ici

Acteurs du Paris durable - Hugues Sibille

Invité du mois

Hugues Sibille

Avril 2018 -
Actuel Président du Labo de l'Economie Sociale et Solidaire, Hugues Sibille est un expert reconnu dans ce domaine. Membre du groupe d’experts de la Commission européenne sur l’entrepreneuriat social depuis 2012 il est également l'auteur de "La Grande Promesse. L’innovation sociale, pour réparer et transformer notre société déchirée", paru aux Editions Rue de l’échiquier en 2016. Il a répondu à nos questions.
0

1/ Qu’est-ce qu’un « Tiers-Lieu » ?

Un Tiers-Lieu est un espace où plusieurs activités se rencontrent, se mêlent et s’enrichissent mutuellement : des activités professionnelles, des loisirs et de la culture, des engagements citoyens…

A l’origine, il s’agit de caractériser un lieu « tiers », qui n’est ni le domicile, ni le lieu de travail, et qui, contrairement à ces derniers, est d’abord fondé sur la possibilité de créer des relations sociales, par opposition à un certain isolement urbain. Ce sont des lieux accessibles, inclusifs, conviviaux. Ce sont aussi souvent des lieux où émergent de nouvelles façons de s’organiser ensemble, de travailler différemment, de s’engager dans de nouvelles dynamiques complémentaires : environnementales, sociales, culturelles, etc. Ces nouvelles façons d’apprendre, de se former, de travailler, de créer... peuvent s’appeler « Fab lab », « Coworking », « Living lab », etc. Ce qu’il faut retenir c’est qu’il s’agit souvent d'une nouvelle façon de travailler, sociale et solidaire, recréant du collectif et du sens au travail dont nous avons bien besoin. C’est sous cet angle que nous les avons étudiés dans notre groupe de travail « Nouvelles formes d’emploi ».

 

2/ Quelles réponses ces espaces apportent-ils aux enjeux environnementaux ?

Pensons à la mutualisation : travailler ensemble dans un même lieu, avec des outils communs et des flux énergétiques communs, c’est une organisation qui diminue l’empreinte carbone. De même, pour le travail à distance et des Tiers-lieux qui permettent de télétravailler plutôt que de se déplacer. Il existe aussi des Tiers-Lieux prenant des engagements écologiques spécifiques en faveur d’un modèle plus sobre : je pense au Tiers-Lieu bordelais Darwin, qui démontre une pensée systémique de la transition. Pour illustrer le propos : dans ce type de modèle, un coworker émet en moyenne cinq fois moins de CO2 qu’un salarié traditionnel dans le tertiaire.

 

3/ Les prémices d’une ville durable ?

Ce sont effectivement de belles pistes pour une ville durable, mais aussi pour des campagnes durables, et coopératives ! Car le phénomène se développe aussi en milieu rural et y apporte des réponses adaptées à des enjeux différents des villes, par exemple en recréant de l’activité et de l’attractivité.

 

4/ Tiers-Lieux, télétravail, coworking : le travail du futur ?

C’est un des aspects que nous avons mis en avant dans notre publication « Transformer l’emploi, redonner du sens au travail ». La mutualisation d’espaces n’est pas tout : il faut aussi s’intéresser à la réponse que ces lieux peuvent créer par la coopération et la co-construction. C’est pour cette raison que tout espace de coworking n’est pas un Tiers-Lieu : il y faut un vrai « esprit collectif ».

Au Labo de l’ESS, nous identifions quatre aspects essentiels pour que le travail du futur soit un travail de qualité : le contrat, la protection, le collectif et le sens du travail. C’est à cela que les Tiers-lieux réellement coopératifs répondent.

 

5/ Quelle est la valeur sociale de ce type de lieu ?

Les Tiers-Lieux ne sont pas que des espaces de travail : ce sont des espaces de rencontres, de convergences, de débats, d’apprentissages et de formation. Ce sont des lieux de création de liens sociaux. Ce sont aussi des lieux où les personnes construisent de nouvelles façon de travailler ensemble : l’accompagnement et la formation au sein du collectif de travail, la possibilité de répondre ensemble à un besoin (par exemple en mettant en commun des compétences diverses et répondre ainsi à une commande)… Dans l’économie sociale et solidaire, cet aspect d’intelligence collective est important pour repenser les relations de travail. Les Tiers-Lieux sont ainsi en partie des héritiers des associations et coopératives ouvrières.

6/ Des exemples à Paris ?

Certains Tiers-Lieux portent particulièrement les valeurs de l’économie sociale et solidaire et contribuent concrètement à la diffusion de l’ESS à travers des temps de rencontre, de formation mais aussi d’accompagnement. J’en cite trois : ESSpace dans le 13e, où nous avons organisé un bel événement avec Edgar Morin et Patrick Viveret il y a quelques mois, le Casaco aux portes de Paris, qui fait partie des exemples d’initiatives concrètes sur lesquelles nous nous sommes appuyés pour notre étude « Transformer l’emploi, redonner du sens au travail », et, également dans le Grand Paris, le Pointcarré à Saint-Denis, qui promeut un travail d’artisanat relocalisé et un modèle coopératif.

7/ Des conseils pour les Parisien-ne-s ?

Au-delà d’une bénéfique curiosité à pousser les portes de l’un ou l’autre de ces lieux, un conseil de lecture : retrouvez notre publication « Transformer l’emploi, redonner du sens au travail » et ses analyses sur les Tiers-lieux.


Pour aller plus loin. Découvrez "le Château" à Nanterre, un nouveau Tiers-Lieu dédié à l'alimentation durable dans lequel se côtoient espace de coworking, cuisines paratgées, potager permacole et restaurant ouvert aux public. Voir la vidéo

Posez-lui vos questions
Mots clefs : économie sociale et solidaire

Pour donner votre avis, commenter et poser vos questions, vous devez d'abord vous inscrire ou vous connecter sur le site.