Vous êtes ici

Acteurs du Paris durable - Benjamin GESTIN

Invité du mois

Benjamin GESTIN

Juillet 2019 -
Benjamin Gestin est directeur général d’Eau de Paris depuis 2016. Auparavant au Centre des monuments nationaux, il est ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Paris, de l’Institut des études politiques et de l’Ecole nationale d’administration.
0

1/ Pourquoi adopter l’eau de Paris ?

Les raisons sont nombreuses ! J’en citerai trois.

Première raison, l’eau du robinet est économique. Chaque Parisien.n.e dépense 1 euro par jour et par personne pour l’eau (douche/vaisselle/lessive/WC…), dont environ 1 centime par jour pour l’eau qui est bue et qui représente 1% de la consommation d’eau courante. C’est une somme insignifiante quand on compare le coût de cette consommation à celui d’une personne qui s’approvisionne en eau en bouteille, et qui est de l’ordre de 200 euros par an.

Deuxième raison, l’eau du robinet est écologique. En effet, 1 litre d’eau emballé nécessite 7 autres litres ainsi qu’1 litre de pétrole.

Troisième raison, l’eau du robinet est excellente pour la santé. Elle contient tous les minéraux du corps humain (calcium, sodium, magnésium, bicarbonate, fluor) et peut être consommée sans aucun risque, y compris par les jeunes enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées, tout au long de la vie. Cette qualité est permise par un respect strict de tous les paramètres de potabilités définis par le Code de la Santé Publique qui, appliquant des directives européennes, fait de l’eau le produit alimentaire le plus contrôlé.

 

2/ Comment l’eau captée par Eau de Paris devient-elle potable ?

Eau de Paris dispose de 102 points de captage d’eaux souterraines de la Normandie jusqu’à la Champagne, et de 2 points de prélèvements des eaux de rivière, dans la Seine et la Marne.

Les eaux souterraines viennent d’eaux de pluie qui s’infiltrent dans la terre jusqu’à ce qu’elles rencontrent une couche imperméable. Elles forment alors une nappe phréatique. Les différentes couches de sable, de gravier ou de roche que l’eau traverse lui servent de filtres. Déjà clarifiées par le sous-sol, les eaux souterraines ont besoin uniquement d’un traitement complémentaire afin d’éliminer les traces d’éventuels pesticides ou de résidus bactériens. Ce traitement se fait grâce à cinq usines construites à Sorques (77), Longueville (77), Saint-Cloud (92), L’Haÿ-les-Roses (91) et Porte d’Arcueil (75), entre 2004 et 2017, et consiste en plusieurs procédés de traitements avancés utilisant notamment du charbon actif en grains, des ultraviolets et, pour les usines de Saint-Cloud et L’Haÿ-les-Roses, de traitements sur membranes d’ultrafiltration, qu’Eau de Paris a été la première à déployer il y a dix ans.

Les eaux de rivière ne sont pas filtrées par la nature avant d’être captées et font donc l’objet d’un traitement de potabilisation plus complexe, exigeant des savoir-faire technologiques très perfectionnés. Les usines d’Orly et de Joinville (94) traitent respectivement les eaux de la Seine et de la Marne. Chacune de leurs chaînes de traitement de l’eau s’effectue en 9 étapes : le dégrilleur tout d’abord sert à enlever les grosses particules se trouvant dans l’eau ; la pré-ozonation permet de casser les petites particules ; les filtres dégrossisseurs éliminent les matières en suspension en les faisant se coaguler ; les pré-filtres à sable retiennent les matières en suspension plus petites ; les filtres biologiques réduisent de façon importante l’utilisation des produits chimiques ; l’ozonation élimine les bactéries et virus ; le charbon actif retient les derniers polluants ; le traitement aux ultraviolets permet d’éliminer les parasites et les bromates ; enfin la chloration – utilisée pour le traitement des eaux souterraines comme des eaux de rivière - participe à la désinfection de l’eau et empêche la prolifération des bactéries et autres microbes pendant le transport.

 

3/ Comment Eau de Paris relève-t-elle le défi de l’accès à l’eau pour tous, partout ?

Si nous n’agissons pas de manière solidaire les uns avec les autres, d’ici 2030, 5 milliards de personnes pourraient être privés d’accès à l’eau potable. Et cela risque encore de s’aggraver avec le changement climatique à venir. Face à cela, Eau de Paris agit au quotidien.

Tout d’abord, en renforçant continuellement le nombre de points d’eau accessibles gratuitement (1200 à ce jour), et en accompagnant les familles les plus précaires par sa contribution au Fonds de Solidarité Logement (FSL). Ensuite, en luttant contre les îlots de chaleur en milieu urbain grâce à l’installation de nouvelles fontaines à double usage (brumisation et eau de boisson) pour permettre aux Parisien.n.e.s de se rafraîchir facilement en saison estivale.

 

4/ Avez-vous des conseils à donner aux Parisien.n.e.s pour profiter de l’eau durablement ?

Consommer de l’eau au robinet ou aux fontaines n’est pas seulement bon pour la santé. C’est aussi un acte militant. En effet, boire une eau sans emballage permet de réduire ses déchets de 7kg par an et par personne. Alors n’hésitez pas à boire de l’eau du robinet à la maison, au travail et dans les restaurants ; à consommer l’eau des fontaines de Paris au lieu d’acheter de l’eau en bouteille ; à adopter une gourde pour boire de l’eau que vous fassiez du sport ou que vous vous déplaciez ; d’entretenir et de faire réparer vos robinets pour éviter le gaspillage ; et enfin de défendre le principe d’une eau pour tous sans déchet plastique.

En changeant nos habitudes de consommation, et sans rien sacrifier de notre qualité de vie, nous pouvons tous ensemble avoir un impact significatif dans la lutte contre le jetable et la pollution plastique. Alors, ensemble, relevons le défi du « Paris de l’eau zéro déchet plastique » et signez notre charte sur parisdeleau.fr

Eau de source, eau plate ou eau gazeuse, localisez votre eau préférée sur la carte des fontaines dans Paris !

Posez-lui vos questions
Mots clefs : eau

Pour donner votre avis, commenter et poser vos questions, vous devez d'abord vous inscrire ou vous connecter sur le site.