Vous êtes ici

Créer un poulailler collectif

Acteurs du Paris durable - Créer un poulailler collectif
2 acteurs sont intéressés
Mots clefs : ferme urbaine
Ramasser vos œufs frais tous les matins avant de prendre le métro, vous en rêvez ? C’est possible : réunissez vos voisins et adoptez des poules.

L'essentiel

Quelques bonnes raisons de créer un poulailler collectif

  • Les enfants l’adorent, comme animal de compagnie la poule vaut bien le hamster.
  • Parce qu’un anti-limace naturel c’est quand même bien sympathique.
  • Parce que le meilleur de tous les œufs c’est bien celui que l’on récolte soit même.
  • Enfin une manière simple de recycler ses déchets alimentaires.

 

Brève définition

Installer un poulailler collectif c’est accueillir quelques poules sur un terrain enherbé muni d’un abri. L’entretien et la récolte des œufs se font collectivement. Ces animaux, bien adaptés à la vie en ville, n’ont besoin que d’une petite de surface pour vivre. La poule est  très sociable et offre des nombreux services avec un minimum de soins.

Le saviez-vous ?

Le contexte, les enjeux

  • A l’heure où Paris se positionne en capitale exigeante et exemplaire face aux flux de son métabolisme urbain, les expérimentations en économie circulaire sont nombreuses. Le poulailler urbain trouve toute sa place dans cette démarche.
  • En s’intégrant dans le tissu urbain, il joue un rôle pédagogique, écologique et favorise le lien social.

Les chiffres clefs

  • La poule pond entre 150 et 250 œufs par an selon les races.
  • 5,5 m2 c’est l’espace intérieur et extérieur dont à besoin une poule pour se sentir bien à son aise.
  • Une poule consomme par an plus de 150 kg de déchets alimentaires : épluchures, restes de légumes crus ou cuits, restes de repas... (source ADEME)
  • 2 poules peuvent donc  réduire d’1/3 le volume des déchets ménagers d’une famille de 4 personnes.

Petite histoire parisienne

Trois poules noires de race Marans ont élu domicile dans le poulailler du Jardin des Combattants de la Nueve de l’Hôtel de Ville. Inauguré en juillet 2015, il est entretenu collectivement par une vingtaine d'agents de la Ville volontaires et constitue un outil pédagogique original pour les élèves des écoles voisines.

Ce projet pensé collectivement par les agents de la Ville, dont ceux de La Ferme de Paris, a été conçu et construit en collaboration avec le Pavillon de l'Arsenal, le collectif Prémicesles Arplanteurs et les élèves de deux classes de CE2 des 4e et 11e arrondissements.

En savoir plus

Ils l'ont fait

Un exemple

Qui ?

Le poulailler du jardin Santerre

Quoi ?

3 poules et une équipe de 15 gardiens sont à la tête de ce poulailler collectif. Installées  à l’automne 2013, ces nouvelles locataires complètent  astucieusement les composteurs, ruches, mini-verger, nichoirs mis en place progressivement depuis 2006 sur le site.

Résultat : les déchets des locataires produisent un compost qui nourrit et amende le jardin dans lequel sont produit des légumes bio. Les abeilles pollinisent les fruitiers et les légumes. Les poules au-delà de manger également les déchets, produisent un fumier qui enrichie le compost et mangent des parasites ou "labourent" les parcelles du jardin. Et la boucle est bouclée !

Un véritable « laboratoire » d’écologie et d’agriculture urbaine en plein cœur de Paris ! Ce véritable jardin d'Eden a fait partie de la Promotion 2014 des Acteurs du Paris durable.

Où ?

Au sein d'une résidence de Paris Habitat de 560 logements dans le 12e arrondissement de Paris.

Les contacter

 

Le blog du Jardin Santerre

À vous de jouer

Par où commencer ?

Organiser

1 Où installer votre poulailler ? Sur un terrain enherbé dans la cour de votre immeuble ou dans le  jardin partagé dont vous êtes membre. Dans tous les cas, il est indispensable de respecter la Règlementation Sanitaire du Département de Paris et le règlement intérieur de la copropriété. Les règles appliquées pour les poules sont les mêmes que celles des animaux domestiques. L’élevage de poules ne peut être fait que dans un objectif d’agrément, d’éducation, de réduction des déchets. Il ne sera en aucun cas destiné à des fins commerciales.
2 Qui s’en occupe ? Regrouper des personnes intéressées pour gérer le poulailler et créer un planning. Ce groupe peut être composé d'un minimum de 4 personnes et jusqu'à une vingtaine,  le roulement à la semaine est conseillé avec des équipes de 1, 2 ou 3 personnes.
3 Mettre en place une structure légère qui servira d’abri (au moins 0.5 m2 par poule) et prévoir un parcours extérieur d’au moins 5 m2 par poule pour garantir de bonnes conditions d’élevage, préserver au mieux les sols et valoriser la matière organique.

Motiver

  • La récolte assurée de bons œufs frais tous les matins est un excellent facteur de motivation.
  • A plusieurs, le partage des tâches rend l’entretien moins lourd.
  • Pour retrouver un lien avec l’agriculture et renouer avec les circuits courts.
  • Le côté très sociable de la poule plait à toute la famille.
  • Les pailles souillées et fientes compostées avec des déchets verts fournissent un engrais naturel riche en azote utile aux plantes.
  • La poule participe à un entretien écologique du jardin (consommation des chenilles, escargots, limaces et insectes, aération et fertilisation du sol).

Les astuces

Les clés du succès

  • Une bonne implication au long court de la part du groupe pour soigner les poules.
  • Organisez un planning collaboratif pour assurer un partage équitable des tâches quotidiennes nécessaires à l’entretien du poulailler et la récolte des œufs
  • Communiquer à l’emplacement du poulailler sur les services rendus par les poules et leur gestion afin de mieux les connaitre et les accepter.
  • Indiquer le jour de ponte sur l’œuf au crayon à papier avant de le stocker. Il peut se conserver jusqu’à 30 jours. En cas de doute, il existe un test de fraîcheur : un œuf frais coule dans un verre d’eau ; sinon, il flotte.

Vigilance

  • A l’achat choisir des poules plutôt que des poussins (le sexe d’un poussin étant difficile à déterminer avec certitude, cela vous évitera la mauvaise surprise d’avoir un cop au lieu de la poulette attendue !).
  • Privilégier des  races  de  poules pondeuses, rustiques et locales. Elles seront plus résistantes et mieux  adaptées au climat (exemples : Gâtinaise, Faverole, Marans, Gauloise dorée).
  • S’assurer que les poules achetées ont reçu les soins, le suivi vétérinaire et les vaccins recommandés.
  • Un bon entretien et le stockage de la nourriture en conteneur hermétique limite les nuisibles comme les rats.

Outils et infos pratiques

Lieu de renseignement

La Ferme de Paris (Agence d'écologie urbaine - Direction des Espaces Verts et de l'Environnement - Mairie de Paris).

Guide

Guide du poulailler urbain 

Sites Internet

Listes d’éleveurs amateurs fournis par la société avicole française

Règlementation Sanitaire du Département de Paris

Commentaires

Pour donner votre avis, commenter et poser vos questions, vous devez d'abord vous inscrire ou vous connecter sur le site.

En relation avec cette éco-action